Elles sont rentrées de leurs lointaines migrations africaines et survolent à nouveau notre vieux village. Les hirondelles, dit-on, ne font pas le printemps. Elles y participent pourtant en nous enchantant de leurs gazouillis et de leurs acrobaties aériennes. Et elles nous rappellent, en cette période si vaste d’incertitudes, les merveilleuses permanences de notre monde.

J.Tassin

Photo Anne Tassin

   Photo J.François Tassin